mardi 11 juillet 2017

Macronistes, l'arrogance tranquille


Cet intéressant document, dont on a charitablement caché le nom de l'émetteur, est un statut facebook d'un gentil macroniste. Il n'est ni pire ni meilleur que beaucoup d'autres du même genre que l'on trouve en abondance sur les réseaux sociaux mais aussi dans les propos des sectateurs de l'Elu. Mais il est tout de même très révélateur de la façon dont la figure du militant politique s’est désormais dégradée en celle de fan pour chanteur à minettes.
Laissons de côté le ton. Son agressivité bovaryste, son hystérie sectaire sont reconnaissables à la ponctuation forte et à l'hyperbole constante du vocabulaire, comme quelqu'un qui parlerait avec ce qu'on appelait dans mon enfance "une voix de crécelle." En fait, on reconnait le macronien à l'oreille, dès les premières mesures avec un peu d'entrainement beaucoup plus qu'à l'allure car il ressemble tantôt à un cadre dynamique en veste fitée tantôt à une mère de famille à lunettes, la quarantaine souriante des hôtesses d'accueil, des directrices d'école maternelle et des psychiatres qui sont en train de signer en vous regardant avec bienveillance votre certificat d’internement à la demande d’un tiers.
A part l'encadrement des macronistes,  constitué par des routiers cyniques,  par des médiatiques vieillissants qui se veulent modernes alors qu'ils sont proche du gâtisme et par des politiques opportunistes hâtivement repeints aux couleurs de la République en marche, le macroniste de base cherche dans la politique ce qu'il n'a pas trouvé ailleurs: de quoi remplir sa vie. 
Il ne s'agit pas d'un idéal militant sanctifié par l'histoire ou la tradition familiale comme chez les gaullistes, les communistes, les démocrates chrétiens, les socialistes d'avant la mue hollandiste, non il s'agit d'un produit de consommation populiste, un genre de menu McDo de la semaine, aux graisses consolantes, au moelleux régressif. Il s'agit d'une pure idéologie du marketing qui permet de masquer que nous avons à faire à une bonne vieille révolution conservatrice néo-libérale, une reprise en main technocratique des intérêts du capital derrière un jeunisme qui tiendrait lieu de tout. On est macroniste de la veille, la conversion a été brutale, façon Claudel derrière son pilier de Notre-Dame et encore Claudel s'était-il mis à croire en Dieu qui existe depuis deux mille ans et des poussières,  alors que Macron n'existe que depuis avant-hier.
Non, ce qui est inquiétant, ici, c'est le fond. Le fond qui existe à peine mais suffisamment pour faire peur. L'émetteur de ce statut nous indique en effet que "La politique autrement!" (point d'exclamation), c'est "sans clivage et sans idéologie partisane.". Diable, on aurait cru précisément que la démocratie, c'était la conflictualité, qu'il fallait une majorité et une opposition et que précisément, on avançait grâce au "clivage". Qu'en dehors de périodes exceptionnelles ou sur des dossiers très précis, mais rares, on ne pouvait pas s'entendre, on devait pas s'entendre même car on aura beau faire, on ne mettra jamais tous les Français d'accord, et c'est heureux, sur leur rapport au travail, à l'amour, sur leur perception de l'avenir, sur les inquiétudes, les peurs, les espérances qui sont les leurs. Cela les empêchent-ils d'être pourtant français, et d'appartenir à une communauté de destins, de participer à "un plébiscite renouvelé chaque jour" comme disait Renan ? Certainement pas. Ca, c'est ce que Macron veut faire croire.
On notera d’ailleurs l'expression "idéologie partisane". Pour le macroniste, l'idéologie, c'est comme l'enfer chez Sartre, c'est toujours les autres. Le macroniste, lui, n'a pas d'idéologie, il est pragmatique. Or le pragmatisme étant un simple aménagement de ce qui existe, il est de fait une idéologie puisqu'il se satisfait d’une société inégalitaire vivant dans une économie de marché de plus en plus dérégulée. Mais non, déjà, dire cela, c'est "partisan" donc faux dans l’imparable logique du fan macroniste.
Pour le reste, on ne fera pas de mauvais procès à l'auteur du statut en lui faisant remarquer que l'expression « France Nouvelle » a de fortes connotations d'extrême droite: le macroniste de base contrairement à ses chefs, est en général assez inculte politiquement, sinon il ne trouverait pas Jupiter très nouveau puisqu’il a un programme qui date de Reagan.
 On conclura pour finir que pour notre ami, les années 70 représentent la plus haute antiquité, voire s'apparentent à la mythologie revue par Sophocle, puisqu'il n'aime pas son "papa", comme n'importe quel victime d'un Oedipe mal résolu.

Jérôme Leroy

(paru sur Causeur.fr)

20 commentaires:

  1. Bernard Grandchamp11 juillet 2017 à 18:29

    Homo festivus fait de la politique... 😊
    Mais, grand Dieu, combien l'irremplacable Philippe Muray nous manque! 😞

    RépondreSupprimer
  2. Le Macronisme a juste eu pour effet de remplacer des vieux cons cyniques et impotents par des jeunes cons neuneu et bas de plafond. Rien de grave, en fait. Que regrettez vous donc ? Albertine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qui trouve grâce à vos yeux ? Voilà qui nous éclairerait et nous servirait, Albertine. Parce qu'autant vous le dire, nous pataugeons.

      Supprimer
    2. Une métaphore : aujourd’hui, la société me fait penser au jeu des 4 coins (vous connaissez peut être). Mais depuis longtemps les joueurs des quatre coins ont décidé de rester dans leur coin, donc de ne plus jouer. Ils s’ennuient à mourir mais au moins ils sont gagnants, pensent ils. Et le cinquieme joueur , au milieu, attend. Les quatre joueurs : un joueur est contre tout changement de règle du jeu (car ‘un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras’) sauf à renforcer les regles existantes qui lui vont très bien. Deux autres joueurs souhaitent arrêter completement ce jeu (de con) et menacent d’en inventer un autre. Enfin le quatrième joueur – les autres le traitent d’imbecile - pense qu’on pourrait modifier la règle comme le proposerait Macron, pour qui il a d’ailleurs voté. Car Macron, dit-on mais sans en être vraiment sûr, voudrait obliger les quatre autres joueurs à bouger au-delà d’une certaine durée. Ainsi le jeu reprendrait et le cinquieme joueur pourrait participer. (Le cinquieme joueur c’est moi et ma generation). Je sais, c’est un peu tordu comme vision des choses, mais c’est ma façon de voir. Car cette société ne me semble plus capable que d’un immense refus. Albertine.

      Supprimer
    3. Si je vous suis bien Albertine, c'est finalement Macron qui semble trouver une sorte de grâce incertaine à vos yeux en ce qu'il pense au moins à faire participer le cinquième alors que les trois autres l'ignorent, mais pas trop ses troupes qui sont jeunes, connes, neuneu et bas de front. J'en étais restée, je vous l'avoue, à l'immense refus, mais vous m'ouvrez d'intéressantes perspectives. Merci à vous. Gisèle.

      PS : Ma génération a sur les épaules une dette colossale léguée par les précédentes et tire la langue pour trouver un travail correspondant aux longues années d'études que la solidarité nationale financée à crédit lui a permis d'entreprendre. C'est parfaitement schizophrénique.

      Supprimer
    4. Allons, allons, cessez de pleurnicher, tout ça n'est qu'un jeu (des 4 coins); et puis vous allez travailler à plein rendement (surtout pour votre employeur) avec des contrats reconductibles au jour le jour comme les cueilleurs du Sud; en voilà "d'intéressantes perspectives"!

      Supprimer
  3. Me suis toujours méfié de ceux pour qui le mot "idéologie" est par nature péjoratif. Ceux qui fréquentent l'actuel Gouvernement ne sont pas confrontés à de l'idéologie mais au dogmatisme de ceux qui sont persuadés qu'eux ils savent. Avec la même morgue que du temps des Sarkoboys. Et au passage : pragmatisme, réforme, liberté, donner de l'air et toutes les autres fadaises cachent mal une perpétuation de l'absolutisme vertical vautré dans le nombrilisme de sa propre suffisance. Et même si je suis d'accord avec Albertine, difficile de ne pas s'énerver.

    RépondreSupprimer
  4. En fait, les jeunes macroniens me rappellent les jeunes giscardiens. Non? F

    RépondreSupprimer
  5. "Elle passe ses nuits sans dormir
    À gâcher son bel avenir
    La groupie du pianiste
    Dieu, que cette fille a l'air triste
    Amoureuse d'un égoïste
    La groupie du pianiste
    Elle fout toute sa vie en l'air
    Et toute sa vie c'est pas grand chose
    Qu'est-ce qu'elle aurait bien pu faire
    À part rêver seule dans son lit
    Le soir entre ses draps roses
    Elle passe sa vie à l'attendre
    Pour un mot, pour un geste tendre
    La groupie du pianiste
    Devant l'hôtel dans les coulisses
    Elle rêve de la vie d'artiste
    La groupie du pianiste
    Elle le suivrait jusqu'en enfer
    Et même l'enfer c'est pas grand chose
    À côté d'être seule sur terre
    Et elle y pense dans son lit
    Le soir entre ses draps roses"
    La groupie du pianiste aka La Macroniste - Michel Berger

    RépondreSupprimer
  6. Que dire des derniers propos sur les enfants en Afrique ?

    Ou sont les indignés professionnels et détecteur de paternalisme occidental qui n'avaient pas mis longtemps à dénoncer tout et n'importe quoi chez un Sarkozy qui avait bien raison de dire que l'Africain n'était pas assez rentré dans l'histoire comme la femme avant 45 ... Il y aurait beaucoup à dire sur le reste du discours mais aujourd'hui, on veut supprimer aux africaines le droit d'avoir des enfants, conditionner les aides à une baisse de la natalité ... Quand on voit le niveau des émissions de gaz à effet de serre et le mode de consommation en Afrique, on se dit que les Africains pourraient être 10 milliards cela ne changerait pas grand chose ...

    RépondreSupprimer
  7. Pauvre Jérôme Leroy, tout désemparé, tout sidéré parce que les idéologies qui ont cimenté sa jeunesse sont en voie de déliquescence accélérée... que reste t-il en effet du gaullisme, du communisme, de la démocratie-chrétienne, du socialisme ? rien. Ce sont des coquilles vides. Demandez autour de vous ce que les gens en pensent ? Ils n'en pensent rien. Qui vote aujourd'hui PS, PC, DLF, UDI ? Et demandez-vous pourquoi. Faites cet effort de réflexion au lieu de railler en nous jetant en pâture un statut FB sans intérêt, qu'on peut retrouver dupliqué chez tous les militants du monde. Celui là plutôt moins arrogant et agressif que ce qu'on peut lire chez la France insoumise par exemple. Limite touchant dans sa candeur progressiste.
    Les partis peuvent donc mourir parce que le monde a changé ? et oui. C'est le pragmatisme qui a le vent en poupe tant les idéologies ont déçu. Ne pas cracher par principe sur l'autre. Prendre le meilleur chez chacun. Mais, c'est interdit ! C'est révolutionnaire ! Les conservateurs de tous bords et qui se valent bien s'affolent, nient, se gaussent, méprisent, aboient. Comment survivre sans ennemi désigné bien clivant, le musulman, l'immigré, le riche, le bourgeois, le profiteur ? Ils n'y changeront rien. Plus personne ne se reconnaît en eux qui n'ont pas su évoluer. Encore une minute monsieur le bourreau ? Une alors. Clap de fin. RIP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je laisse votre commentaire, anonyme, parmi d'autres du même acabit qui se pressent au portillon.
      1°) Il illustre parfaitement la morgue et l'arrogance des néoconvertis
      2°) Il respire la bêtise et l'inculture autosatisfaites
      3°) Vous ne savez pas lire, le pragmatisme macronien est une idéologie, comme une autre, un peu plus masquée, c'est tout. Et idéologie n'est pas en soi un gros mot, imbécile.
      4°) Votre jeunesse? Chez France Insoumise, qui ne sont pas forcément mes amis, il y a le jeune Adrien Quatennens, élu de la première circonscription de Lille. 27 ans. Il taille des croupières à la ministre du travail face à vos 300 zombies, en attendant la mise en examen de la susdite, il souligne la nullité, à tous les sens du terme, du travail en commission, celle sur les ordonnances étant présidées par la socialiste bourguignon qui a prêté allégeance pour sauver un sièges. Il est plus connu en quinze jours que vos fantômes. Vous êtes des nuls dirigés par des cyniques, vous êtes des godillots ou des moutons qui vont joyeusement à l'abattoir, des dindes qui votent pour Noël. Comme tous les macronistes qui ne sont que des petits bourgeois vous puez le mépris de classe "les gens ne pensent rien" mais qu'en sais-tu anonyme entouré depuis six mois ou un an par des évangélistes hébéphrènes qui "dé-pensent" et décompensent, comme toi. "Les conservateurs de tous bords". Quand un ouvrier de GMS, tu lui expliqueras qu'il est est conservateur, en septembre, numérote tes abattis. Vous êtes déjà usés avant d'avoir commencé. L'automne vous balaiera malgré les médias qui sont même capables d'étouffer que votre Macron est un con qui parle du ventre des femmes noires (deuxième sortie raciste après les Comores) et inverse la cause entre surpopulation et sous-développement, ce que ne fait pas un élève de 3ème qui a potassé son manuel d'histoire.
      Votre majorité factice n'a aucune prise sur la société, vous allez assez vite le comprendre et vous allez souffrir

      Supprimer
    2. En fait de réflexion et de pensée politique le "candidat du vide" et nouveau Messie, essaie de vendre la précarisation, la marchandisation et la guerre de tous contre tous pour de l'innovation et de la modernité; s'il y a des cons pour acheter...

      Supprimer
    3. Une sorte de retour au réel en somme ...

      Supprimer
    4. Quatennens ! La nouvelle coqueluche de la FI ! Ils ne sont que 17 mais ils ont tous des ego de malades ! J'attends la réponse de la star Ruffin, comment il va prendre le nouveau vedettariat très agitprop coco du vilain rouquin ? Il va être obligé de dire qu'il abandonne TOUT son salaire le millionnaire ?

      Supprimer
  8. La victoire d'EM ( jamais élu , jamais 1er ministre) et de son mouvement en moins d'un an a totalement posé la question de notre type de société. Nous le constatons dans nos entreprises où l'on doit aussi parfois avoir de la bouteille ( dans tous les sens) pour avoir des responsabilités, où la parité est très difficile tant dans la représentation que les salaires. Comme si une vie et un format étaient ''normaux'' depuis des siècles de patriarcat et de diplomite. Et cela au delà des vieux partis qui s'accordaient tous sur tout cela. C'est ce qui a amené beaucoup de citoyens de quelque bord politique que ce soit à dire assez et on veut changer. Je crois en fait que le révolutionnaire a plus été incarné par ce gamin que beaucoup, notamment à l'extrême gauche très conservatrice finalement et pas du tout imaginative, toujours dans les mêmes slogans creux qui ne veulent rien dire de concret pour nous. Maintenant il faut poursuivre le changement et l'étendre à notre vie de tous les jours. Ne sombrons pas non plus dans le culte du chef c'est aussi à nous collectivement de nous révolutionner, sans attendre qu'un parti organisé le fasse pour nous.
    Je ne suis pas un grand savant, mais c'est ce que je sens au fond de moi et que beaucoup sentent qui se retrouvent plus ou moins dans ce qui se passe en ce moment.
    JY Le Coz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=7Xum9PL839M

      Votez Heidsieck, ça vaudra mieux !

      Supprimer
  9. Assez instructif l'incompréhension de la plupart des commentateurs de ce qu'est EM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On attend, on vous en prie, éclairez nos lanternes, anonyme du 16 juillet, 21H18. F

      Supprimer
  10. Les Insoumis. Tout pres de gagner la presidentielle.Des foules immenses un peu partout. Et aux legislatives leurs electeurs ont disparu. Comme un abandon. EM a presenté ses neuneus qui ont pu s'installer tranquillement comme deputés. Ćela n'a étonné personne. Bizarre. Albertine.

    RépondreSupprimer

ouverture du feu en position défavorable