vendredi 19 mai 2017

Il y a quand même plus important


2 commentaires:

  1. Une boutique de fleurs

    Tout ce qu'il possédait il l'a dépensé. Il a même dépensé
    tous ces secrets en mots équivoques. Il a épuisé
    ses dernières réserves de ciel en rituels
    silencieux,
    en banquets imaginaires aux verres vides,
    en musiques sans instruments. A présent il se tait.
    Pourtant,
    il sait bien qu'à l'angle des rues Korakas et
    Papanastassiou
    reste toujours ouverte une petite boutique de fleurs
    toute triste
    et le plus étrange c'est qu'il y a encore
    des gens, sans doute pauvres, qui achètent des fleurs.

    Athènes, 5.II.88
    Y.Ritsos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tomas Sidoli, ce poème m'avait marqué aussi et je viens de le retrouver dans Tard, bien tard dans la nuit (Le temps des cerises).

      Supprimer

ouverture du feu en position défavorable