vendredi 10 mars 2017

Bonne chance à tous!

Il est de plus en plus évident que Fillon, c'est objectivement plus dangereux que Le Pen.
Parce que lui peut être élu avec un programme authentiquement national-conservateur, ethnique, et religieux sur le plan social (un projet disons de type salazariste) et ultraliberal sur le plan économique (thatchérien, comme on dit)
En plus, médiatiquement et historiquement (c'est devenu la même chose à l'époque du présent perpétuel debordien),  il ne sent pas le soufre lepéniste, il est présentable pour la bourgeoisie qui peut voter fasciste en se disant que non, il n'est pas aussi vulgaire et brutal que MLP et se donner la bonne conscience qui va avec. C'est le racisme poli, Fillon et c'est l'exploitation la plus éhontée qui sera vaguement tempérée par le bon vouloir de la charité des dames chaisières qui aura remplacé les aides sociales. 
Face à MLP, finalement, on comprend assez vite à qui on a à faire et son éventuelle élection plongerait le pays dans le désordre. Opposition dans la rue, chambre introuvable aux législatives. Avec Fillon,  ce sera l'étranglement ottoman: on aura l'impression que l'alternance gauche/droite habituelle aura été respectée, certes avec une droite un peu dure, mais bon. 
Alors que non, ce qui ce sera produit, ce sera une rupture historique entre la France issue du CNR et un néopétainisme assisté par ordinateur. 
Et tandis que se dressera de manière mécanique une partie "antifasciste" de la population encore un peu vivante en cas d'élection de MLP, cette même population, ne parvenant pas à qualifier Fillon pour ce qu'il est, pour son idéologie réelle, aura l'impression que ce sera un banal retour de la droite classique et se contentera, logiquement, d'une opposition classique elle aussi. 
Alors que nous serons en présence d'une figure à la fois très ancienne et complètement mutante: celle de l'Ordre Moral comme paravent terroriste du capitalisme. Bonne chance à tous, bonne chance aux pauvres, aux Arabes, aux femmes, aux gays mariés ou pas, aux poètes, aux zadistes, aux communistes, aux syndicalistes, aux malades, aux animaux, aux taulards, aux ouvriers, aux cancéreux économiquement faibles, aux filles enceintes sans trop l'avoir voulu, aux délocalisés, aux lycéens politisés, aux fumeurs d'herbe, aux glandeurs, bref, au sel de la terre.