samedi 31 janvier 2009

Tu m'étonnes....

A Davos, station de ski suisse(allitération) , réunion annuelle des décideurs du capitalisme mondialisé, Christine Lagarde, avocate d'affaires américaine sous passeport français qui n'aime pas les idées générales et qui est actuellement ministre des finances du Dysneyland préfasciste qui nous sert de pays a déclaré, nous citons, "craindre des troubles sociaux."
Crains, Christine, crains....

C
Un trouble social d'une manufacture d'armes exprime son mécontentement

vendredi 30 janvier 2009

Le bal du néant


En remerciant Thé, qui suit. La chanson de Trenet, comme une description très exacte de l'aliénation de tous ceux qui ont perdu, ce qu'en d'autres temps, on appelait une conscience de classe. Aussi terrifiant dans son genre que THX1138

Découvrez Charles Trenet!

jeudi 29 janvier 2009

La manif, et après...

Donc, le ciel bleu, le joli froid de janvier, cette idée que la fin d'un mois, le 29, marquerait le début d'autre chose... Ferait une assez bonne date historique. La révolution du 29 janvier.
Les belles images: la blonde de l'UEC avec ses tracts, comme avant. Les filles de la CGT Printemps, calicots et courage, quand elles passent devant leur magasin, la trouille au ventre. (Il faut dire qu'elles ont pris en otage les usagers des soldes).Mon copain rédac chef de La Terre, l'hebdo communiste de la paysannerie, avec qui je parle vin bio. La bise que me claque un camarade d'Alger républicain qui me félicite pour ma chronique dans Liberté Hebdo sur Gaza (en gros, rien de commun avec les enfoirés du Hamas) alors que le secrétaire de section me dit que j'aurais dû nuancer (mais avec les théocrates, je nuance pas, je flingue).Et puis, après la manif...

La vie est une tromperie d'une tristesse envoutante.

Une critique du dernier roman de Marignac chez Közeur

Grève, donc



A propos, Julien Coupat est toujours en prison.
A propos, on peut lire dans L'insurrection qui vient:

"Contrairement à ce que l’on nous répète depuis l’enfance, l’intelligence, ce n’est pas de savoir s’adapter -ou si c’est une intelligence, c’est celle des esclaves. Notre inadaptation, notre fatigue ne sont des problèmes que du point de vue de ce qui veut nous soumettre. Elles indiquent plutôt un point de départ, un point de jonction pour des complicités inédites. Elles font voir un passage autrement plus délabré, mais infiniment plus partageable que toutes les fantasmagories que cette société entretient sur son compte.
Nous ne sommes pas déprimés, nous sommes en grève."

29 janvier 2009


On ne sait jamais... Ce sera peut-être une date historique, celle du jour où tout recommença. Une simple grève, qui ne s'arrête plus. La fin du capitalisme en trois mois. Comme dans la première des deux nouvelles qui composent ce joli petit livre d'un auteur qui inventa l'expression "Talon de fer" pour parler de l'oppression techno-marchande.
Jack London défilera demain avec le PCF.
Venez nombreux.
Il dédicacera vos Martin Eden.

mardi 27 janvier 2009

De la jeune fille angevine comme sauveuse suprême

Hôtel ouifi. Deuxième soirée. Disjecta membra.
Journée épuisante, rencontre dans quatre établissements mais la dernière heure fut un enchantement: cinq jeunes filles polies, cultivées, jolies , des 3èmes d'une étonnante maturité. Des jeunes filles pas jeunes-filles(Lire ce petit livre de Tiqqun, Théorie de la jeune-fille, il le faut).
Elles sauveront le monde si elles échappent à l'idiotie postchoc trentenaire et qu'elles maîtrisent leur implant. Elles ont tout compris, intuitivement. Elles formaliseront plus tard et seront invincibles.
Dialogue:
"Monsieur, dans la Grande Môme, vous faites souvent preuve d'humour malgré l'aspect tragique de l'histoire...
-Oui, c'est vrai...
-Je trouve ça très classe mais ça veut dire que vous êtes vraiment triste, en fait.
-C'est à dire?
-.......
-Allez-y,
-Votre joie, là, avec nous et dans le livre, alors que vous êtes pessimiste en fait, non?
-Oui, ça n'empêche pas d'espérer
-Oui mais comme Sisyphe en fait.... "
S., quinze ans, jean moulant mais pas trop, pull en v bleu marine, à même la peau.


lundi 26 janvier 2009

Trois jours à Angers....



...pour aller parler de La grande môme dans des collèges et des lycées professionnels. Avec son prix du polar jeunesse de Montigny, La grande môme, elle va s'offrir une petite tournée en France.
Angers en janvier, Le Mans en mars, Thionville en mai, Annemasse en juin. On dirait des dates de concert pour un chanteur oublié des années 70. Ce n'est pas forcément désagréable, c'est mélancolique, mais pas forcément désagréable.
Et puis retrouver l'atmosphère des classes, les visages, tous les mêmes, tous différents. J'ai aimé ce métier malgré ce que trente ans de destruction libérale-libertaire en a fait, et a fait du système. Seulement, servir dans une armée qui ne veut pas gagner la guerre, ce n'est pas le genre de la maison.
Trois jours à Angers: une ville qui a donné au moins un beau vers, du vin(celui des frères Lebreton, tiens...) et une tapisserie de Jean Lurçat qui s'appelle Le chant du monde doit être un endroit plutôt vivable, non? Encore un peu "monde d'avant", justement...
Allez, c'est parti.

dimanche 25 janvier 2009

Tu sais où tu peux te la mettre ta diversité?



Le bal des branques est reparti pour un tour avec l'élection d'Obama.
L'Empire du Bien, (merci Muray pour le concept), règne de nouveau Ca va être spécial compassion pour les pédés, les Noirs, les juifs, les musulmans, les gouines, les trans, les traves avec plein de moraline bien gluante qui tient lieu de pensée au totalitarisme marchand et ses agents zêlés, les trentenaires(attention, les trentenaires comme concept) et leurs bourreaux (la génération lyrique des bébiboumeurs).
Et donc, je m'adresse à toi, camarade pédé, noir, gouine, arabe, juif, femme: quand je me mets au lit avec toi, quand je manifeste avec toi, quand je lutte ou picole avec toi, crois-tu qu'il me vienne une seule fois à l'esprit que tu sois "divers"? Ca ne réjouit, cette "diversité" que les racistes, les capitalistes et leurs idiots utiles de gauche.
Je m'en moque, la seule chose qui m'intéresse et devrait intéresser tout marxiste cohérent, c'est la taille de tes seins et ta place dans les rapports de production. C'est ce qui permettra de nous aimer et de lutter, sans cette survalorisation marquétingue de l'origine qui est un moyen d'empêcher la lutte des classes et d'isoler chacun dans un microcommunautarisme bien rance.

Tenir sa barricade....


...ou tenir un point comme dit Badiou.


"Pendant qu'on se bat ainsi sous les murs de Zama, Jugurtha, à l'improviste, se jette sur le camp ennemi avec de grandes forces ; il profite de la négligence de ceux qui en avaient la garde et s'attendaient à tout, plutôt qu'à une attaque ; il force une porte. Les nôtres, frappés d'une épouvante subite, cherchent à se sauver, chacun suivant sa nature : tel fuit, tel autre prend ses armes, la plupart sont blessés ou massacrés. Dans toute cette foule, il n'y eut guère que quarante hommes pour se souvenir qu'ils étaient Romains : ils se groupèrent, occupèrent un petit monticule, d'où toutes les forces de l'ennemi ne purent les chasser ; les traits qu'on leur lançait de loin, ils les renvoyaient le plus souvent avec succès, étant donné l'épaisseur de la masse ennemie. Si les Numides s'approchaient un peu, les quarante montraient toute leur valeur et, avec la plus grande vigueur, taillaient, dispersaient, mettaient en fuite leurs assaillants."

Salluste, La Guerre de Jugurtha, chapitre 58

La plupart du temps, les bonobos n'écoutent pas de twist italien...

....et c'est dommage.

De quoi la gauche est-elle le nom?



Chronique du vendredi 23 janvier parue dans Liberté hebdo:



De quoi la gauche est-elle le nom ?




Dans l’Antiquité, on confondait le messager et le message. Quand le messager portait de mauvaises nouvelles, il était exécuté. Alors, préparez les pierres et les couteaux parce que :
-Obama n’est pas de gauche. Un type, même Noir, même sympathique, quand il est politiquement du centre-droit, il reste de centre droit. Les USA n’ont pas élu à leur tête Che Guevara, mais François Bayrou. Vous me direz que c’est mieux que Bush. En même temps, il était difficile de faire pire., A propos de Chavez, président du Venezuela, inventeur d’un socialisme réel pour le vingt et unième siècle, Obama, par exemple, dit qu’il n’est pas, je cite, « un facteur de progrès dans la région ». Ça veut dire qu’Obama traitera Chavez comme Gerald Ford a traité Allende, avec des chars d’assaut et des stades remplis d’opposants qu’on va exécuter. Rendez-vous aux manifs pour défendre la démocratie au Venezuela. Par sûr du tout d’y retrouver les supporters du Hamas. Chavez, ce n’est pas le genre à voiler les filles.
-Nicolas Sarkozy n’est pas de gauche. Il ne s’est même pas converti au keynésianisme. Son plan anti-crise, c’est donner le pognon du contribuable aux banques et faire semblant d’être en colère quand les banquiers ont l’impudeur de ne pas vouloir renoncer à leur bonus de fin d’année. Un bonus de fin d’année, pour un banquier moyen, c’est à peu près la somme qui suffirait dans l’école de vos enfants à pourvoir les trois postes manquants, aux 39% de Français qui se rationnent sur leurs dépenses de santé à aller chez le dentiste sans avoir peur d’avoir des dents mais plus de nourriture pour les utiliser. Les médias dominants voudraient nous faire croire que ce sont des nationalisations. Les mots ne veulent décidément plus rien dire. Une nationalisation, ce n’est pas l’Etat qui dit à un patron et des actionnaires : « Bon, voilà l’argent des Français pour réparer vos bêtises mais maintenant faites bien attention, sinon vous allez au coin. ». Une nationalisation, c’est le peuple qui dit au patronat : « C’est à nous et si tu n’es pas content, c’est le même prix. »
- Che Guevara, part one, n’est pas un film de gauche. C’est un film hollywoodien. C’est un bon film parce que Soderbergh est un bon cinéaste (Sexe, mensonges et vidéos, Kafka, Trafic). Les scènes d’action sont remarquables, l’acteur qui joue Castro est étonnant de ressemblance, il y a de très beaux passages fraternels quand les guérilleros se retrouvent dans la jungle mais, bon, le discours politique est totalement inexistant. Il faudrait le talent plastique de Soderbergh et la cohérence idéologique de Ken Loach. Par exemple, le film de Ken Loach, Land and freedom, sur la Guerre d’Espagne est un film de gauche. Mais parfois, on a l’impression que c’est une coproduction France 3-Région Midi-Pyrénées. On ne peut pas tout avoir, diront les modérés. C’est bien le problème : quand on est de gauche, on veut tout : c’était le slogan des ouvriers de Fiat en grève à Turin dans les années 70.
Pour se rappeler ce qu’est la gauche, on pourra lire la biographie du Colonel Fabien écrite par sa propre fille(1) et puis aussi Le second manifeste pour la philosophie(2) d’Alain Badiou, le philosophe qui a donné l’année dernière une belle leçon de résistance au préfascisme ambiant avec De quoi Sarkozy est-il le nom ? Dans ce second manifeste, il écrit notamment : « Disons, pour faire court, aujourd’hui, que la technique, la culture, la gestion et le sexe viennent occuper la place générique de la science, de l'art, de la politique et de l'amour."
Ça, pour le coup, c’est une phrase de gauche.



(1) Le colonel Fabien était mon père de Monique Georges. (Mille et une nuits, 18 euros). On appréciera la préface de Gilles Perrault et l’on se dispensera de la postface d’Olivier Besancenot qui a dû l’écrire entre deux émissions sur Canal +
(2) Second manifeste pour la philosophie d’Alain Badiou (Fayard, 14 euros)


Pour mémoire idéologique, les tutélaires....

Pour ceux qui verraient des contradictions insurmontables, voire des incohérences à faire figurer Staline et Debord dans le même post, ils peuvent adresser leur réclamation à des services qui leur prêteront une oreille attentive, par exemple à mon cul.





Des moissonneuses, de leur fin et de la suite


"Les citations sont utiles dans les périodes d'ignorance ou de croyances obscurantistes"
Guy Debord, Panégyrique.
"Une véritable égalité entre l'homme et la femme n'est réalisable qu'au cours du processus de la transformation socialiste de l'ensemble de la société."
Mao, Le petit livre rouge, (XXXI, Les femmes)

"-Etait-ce donc ceci?
-Et le rêve fraîchit."
Rimbaud, Illuminations


"Au bal du néant
Tu iras mon enfant
Et tu seras bien content
D'être de ton temps"
Charles Trenet, Le bal du néant


"Alors que l'on voyait notre défense submergée, et déjà quelques courages faiblir, nous fûmes quelques uns à penser qu'il faudrait sans doute continuer en nous plaçant dans la perspective de l'offensive."
Guy Debord, In Girum imus nocte et consumimur igni